Transmettre la voie de la Pleine Présence

Devenir Facilitateur OMT® (Open Mindfulness Training)

 

Vous pratiquez la méditation de façon régulière ?

Vous en constatez les bienfaits pour vous-même et pour tous ?

Vous souhaitez partager cette expérience avec les autres ?

Votre aspiration à transmettre peut devenir réalité en suivant la formation de Facilitateur OMT® de Pleine Présence.

Du 15 au 21 avril prochain, l’Institut Pleine Présence® organise en Avallon une formation de Facilitateur OMT® Niveau 1 qui sera guidée par Denys Rinpoché lui-même.

Cette formation est la clef d’entrée de l’AOM® (Altruistic Open Mindfulness) network. Elle permet de rentrer dans la communauté des facilitateurs, génératrice d’opportunités d’activité, dans le contexte porteur de développement de la mindfulness.

Contenu de la formation
Cette première semaine de formation a pour but d’entrer dans l’intelligence du protocole OMT® et d’en approfondir sa connaissance. Il s’agit également de commencer l’étude des sciences contemplatives en vue de se préparer au diplôme de sciences contemplatives. Et ce qui est offert, c’est surtout l’opportunité de s’exercer à conduire les méditations et pratiques corporelles, l’opportunité de se familiariser aux dynamiques de groupes et aux principes et attitudes du facilitateur.

Cette formation alterne des présentations par Denys Rinpoché, des temps d’évaluation de la conduite des méditations, et des temps de présentation et d’échange autour de la pédagogie.

À la fin de la semaine, chaque candidat reçoit une note et une appréciation de la formation qu’il vient de passer et, s’il satisfait aux critères d’exigence de l’AOM®, peut commencer à assister un facilitateur accrédité.

Informations pratiques

Quand ?  du  15 au 21 Avril 2017

Où ? Institut Pleine Présence – Domaine d’Avallon – Hameau de St Hugon – 73110 Arvillard

Qui contacter pour s’inscrire ?
Brigitte Deverly : ipp@pleinepresence.net ou +33 (0)4 79 25 55 74

Combien ?
400€ la semaine complète.
Des réductions et facilités de paiement sont possibles. N’hésitez pas à en parler.

 

Pré-requis à l’inscription

Avoir 2 années de pratique de la méditation Pleine Présence et suivi 2 séminaires OMT®
Les autres pré-requis peuvent être réalisés dans l’année qui suit la formation Niveau 1.Pour les instructeurs de méditation ou du Dharma : un séminaire OMT® est nécessaire.

En savoir plus sur le cursus de formation
Le cursus de formation vous permettra de découvrir, d’expérimenter et d’intégrer pleinement les méthodes uniques développées dans le cadre du protocole OMT® (Open Mindfulness Training), ceci tout en respectant votre rythme d’apprentissage.
Vous deviendrez un acteur de votre formation grâce aux méthodes interactives et inductives mises en place aux différentes étapes du parcours et développerez peu à peu les compétences requises pour pouvoir transmettre à votre tour l’expérience de la pleine présence.
Vous acquérez peu à peu les compétences requises à la transmission au sein d’un dispositif pédagogique adapté.

Transmettre la Pleine Présence nécessite en en effet de connaître contenu et méthodes mais avant toute chose de vivre soi-même la Pleine Présence au quotidien et d’adopter l’attitude adéquate pour pouvoir partager cette expérience. La formation vise donc à faire entrer en résonance la capacité propre du facilitateur en formation avec l’esprit de la transmission.
Développement de la connaissance de soi, de sa vision du monde et de ses styles d’apprentissage, entrée en empathie avec ses propres difficultés, telles sont quelque unes des modalités qui seront approfondies tout au long de votre parcours de formation.

Parmi les compétences qui seront développées, on peut noter : attitudes et comportements du facilitateur, modalités de la bonne gestion des groupes, accompagnement des personnes, éthique et déontologie et pratique assidue en Pleine Présence.

Dans cet esprit, les méthodes mises en place visent à privilégier des interactions basés sur la confiance et le respect mutuel, dans une relation égalitaire et non de sachant à profane.

Evalué(e) en 360 par vos pairs et par les formateurs de façon bienveillante, soutenu(e), encouragé(e) par leurs feedbacks en continu, vous intégrerez peu à peu et deviendrez à même de transmettre à votre tour l’expérience de la Pleine Présence.

 

 

Du 13 au 20 août 2016, dans le magnifique éco-site d’Avalon,environnement inspirant et porté au silence, Denys Rinpoché conduira un séminaire retraite selon le protocole OMT (Open Mindfulness Training).

Il sera secondé par les facilitateurs et assistants de l’AOM Network (Altruistic Open Mindfulness Network).

Les participants pourront découvrir la pratique de la Pleine Présence, état naturel, en apprenant à entrer en contact avec leur expérience vécue directement sans jugement.

Il s’agit d’entrer progressivement dans l’expérience corporelle,l’expérience du souffle et l’expérience sensorielle.

La méthode OMT est un entraînement à cette expérience de Pleine présence attentive, relaxée, ouverte, lucide et empathique.

Ce séminaire est couplé à la rencontre annuelle des assistants et facilitateurs en Pleine Présence

CHAMBERY :12-13 MARS ET 4-5 JUIN 2016

 

Pratique de la pleine conscience, pleine présence en milieu scolaire

Attention – Bien-être – Apprentissage

Citoyenneté Intériorité

Cette formation donne les bases pour faire pratiquer un programme basé sur le développement de la Présence, l’Ecoute, l’Attention, la Concentration et l’Empathie aux enfants et adolescents, pendant le temps scolaire, selon les modalités du programme P.E.A.C.E.

La formation vous donne la possibilité d’être certifié instructeur PEACE.

La mise en place du programme P.E.A.C.E (Présence, Ecoute, Attention et Concentration dans l’Enseignement), a pour objectif principal de faire bénéficier les élèves et les équipes éducatives des effets positifs de la méditation laïque, tant du point de vue des apprentissages que des relations interpersonnelles et du bien-être de chacun.

Renseignements, inscriptions : ame.equipe@gmail.com

Tel : 09 72 46 96 61

Pr Miro & Pr Francisco Díaz de Velasco

Vendredi 29 Janvier 2016 – Dimanche 31 Janvier 2016

Open mindfulness is the heart of all meditation ; its practice is real goodness for oneself”, Denys Rinpoche
Open mindfulness is the practice of non conceptual nowness, it is based on sensation rather than conception”, Denys Rinpoche
“Open mindfulness is the golden gate to Dzogchen” Denys Rinpoche

Le Pr Francisco Díaz de Velasco et le Pr Maria Teresa Miro de « La Laguna University », qui ont initié avec Denys Rinpoche l’Open Mindfulness Training à Tenerife offriront une table ronde sur les bénéfices de la Mindfulness : Humanistes, Interreligieux et ayant fait l’objet de validations scientifiques.

  • Vendredi soir 19h “conférence publique ouverte à tous”
    A “Adeje Centro Cultural” de La Laguna University
  • Samedi 10-17h “Pratiques d’Open Mindfulness”
    A Dzamling Gar, sur Playa Paraiso, Adeje
    (Des Présentations alterneront avec exercices et méditations)
  • Dimanche 10-13h “Méditation et table ronde”
    Table ronde avec Denys Rinpoche, Pr Diaz de Velasco and Pr Maria Teresa Miro, échanges et perspectives concernant l’Open Mindfulness Training.
    Entrée :
    Vendredi soir : Gratuit
    Week-end : Participation libre (Financière ou logistic assistance.)
    Langue utilisée Espagnol, Anglais, Français et Russe.

Les vidéos des interviews, plénières et ateliers sont maintenant en ligne sur le site www.humanisme-mindfulness.net.

Pour des raisons techniques, tous les ateliers n’ont malheureusement pas pu être enregistrés, veuillez nous en excusez.
Le livre de la rencontre, à paraitre en 2016, comblera cette lacune en présentant, sous forme d’articles, les contributions des intervenants.

5 & 6 décembre 2015

La place du travail de l’inconscient dans la voie spirituelle

Le Lying est une pratique de libération des schémas psychologiques qui peuvent entraver la progression sur la voie spirituelle. Cette approche complémentaire de la méditation, a été mise au point par Swami Prajnanpad, le maître d’Arnaud Desjardins, qui ensuite l’a diffusée dans son entourage pour aider ses étudiants et disciples dans leur évolution. Cette rencontre se situe dans la continuité du dialogue entre Denys Rinpoché et Arnaud Desjardins qui donna lieu à l’ouvrage Dialogue à deux voix, publié aux éditions de la Table Ronde.

Comment le Lying et la méditation de Pleine présence contribuent à la transformation de la conscience ? Quelles sont leurs plages de recouvrement ? Quelles sont leurs différences ? Comment bien comprendre leurs portées et leurs rôles respectifs sur la voie ? Comment bien les utiliser dans son cheminement personnel ?

En savoir plus

Jeudi 15 octobre 2015 – Paris – conférence publique

Cette conférence était introduite par le moine bouddhiste Matthieu Ricard. Environ 300 personnes s’étaient déplacées, dont des décideurs d’entreprise, des coachs, des psychologues et des enseignants de méditation.

Le mal-être au travail trop souvent négligé

Aujourd’hui, seule une entreprise sur deux déclare se préoccuper du bien-être de ses salariés. Or de nombreuses études démontrent aujourd’hui le coût faramineux que générèrent les problèmes liés au stress en entreprise. En effet, de nos jours, 1 salarié sur 5 se déclare proche du burn-out et 83% des salariés se déclarent pessimistes quant à l’avenir1. De plus, D’autres études relèvent les mêmes tendances en Europe. Le stress est à l’origine de 50 à 60% de l’absentéisme au travail en Europe. C’est le deuxième problème de santé le plus important après le mal de dos2. 13,6% de la population qui exerçait une activité en 2007 jugeait son travail très ou extrêmement stressant³. Le stress, la dépression et l’anxiété ont entrainé la perte de 13,5 millions de journées de travail en Grande-Bretagne en 2007/20084 et le coût pour les entreprises britanniques aurait été de 1 800£ (près de 2 500€) par an et par salarié en 20075 . Alors pour certains, et suite à de nombreuses études scientifiques montrant ses bienfaits, la méditation de pleine présence – mindfulness, commence à apparaître comme une solution envisageable de réduction de ce mal-être et par conséquent de son coût.

1 : Étude réalisée pour GREAT PLACE TO WORK® (2nde édition / étude de l’institut Think auprès de 1 000 salariés français interrogés en ligne du 7 au 14 octobre 2014, avec un échantillonnage représentatif selon la méthode des quotas / sexe, âge, profession, statut, secteur, taille et région).

2 : Source : RSE News / article « Le stress lié au travail »

3 : Source : Webster, Buckley, Psycholosocial working conditions in Britain in 2007, cité dans Kabat‐Zinn J., Au cœur de la tourmente, la pleine conscience, MBSR, la réduction du stress basée sur la pleine cons-cience, Bruxelles, De Boeck, 2009.

4 : Source : Health and Safety Executive, 2007/2008.

5 : Source : Government Business, The fine line pressure and stress.

La vie de bureau

À l’instar de ce qui se fait depuis quelques années aux États-Unis, les pratiques contemplatives sont accueillies par un nombre croissant d’entreprises en France et il faut bien sûr s’en réjouir à un moment où la connexion permanente via les outils digitaux laisse de moins en moins de moments de respiration et de retour à l’essentiel.

Mais ces pratiques sont encore trop souvent présentées aux dirigeants comme des outils pour être moins stressé, plus concentré et plus efficace. Sont alors oubliées plu-sieurs dimensions essentielles de ces pratiques, tout aussi riches pour l’entreprise et pour les hommes et femmes qui y travaillent : la possibilité de trouver plus de justesse dans la prise de décision, une connaissance de soi plus fine, et le développement de la capacité à mieux « prendre soin » des collègues et collaborateurs de façon bienveillante.

Un oubli dommageable dans le contexte de l’entreprise

Cette dernière dimension en particulier est cruciale pour l’harmonie collective au travail et l’épanouissement de chacun. Cet oubli de l’entraînement à la bienveillance vient notamment du fait que le pari est trop souvent fait, même parmi les professionnels de la pleine conscience, que la capacité à « prendre soin » des autres se développe naturellement avec la pratique de la pleine conscience.

Il y a plus de 35 ans, Jon Kabat-Zinn fonda, en milieu hospitalier, une pratique de la réduction du stress par la pleine conscience (Mindfulness-Based Stress Reduction ou MBSR Il). Il intervenait alors auprès de patients en souffrance et d’un personnel hospitalier vulnérable au burn-out. . Du fait qu’elle visait à diminuer ces souffrances, cette intervention intégrait naturellement des composantes de soin, de bienveillance et de com-passion. Correctement enseignés par une personne bienveillante, les stages de huit semaines de réduction du stress par la pleine conscience – pleine présence, favorisent donc l’ouverture à l’autre et ont apporté d’immenses bienfaits partout dans le monde.

Toutefois, transposé dans le contexte très différent de l’entreprise, il est loin d’être certain que l’exercice de la pleine conscience – pleine présence amène, de surcroît, une bienveillance accrue à l’égard des collègues et collaborateurs. Afin d’éviter tout malentendu et toute déviation regrettable, Matthieu Ricard plaide donc pour intégrer explicitement, dès le départ, l’entraînement à la bienveillance dans l’exercice de la pleine conscience. C’est pourquoi il propose de parler systématiquement de « pleine présence ouverte et bienveillante. »

Les recherches de Richard Davidson à l’université de Madison au Wisconsin et d’Antoine Lutz aujourd’hui à l’INSERM à Lyon ont montré qu’entraîner son esprit à la bienveillance entraîne des changements fonctionnels et structuraux dans le cerveau et dans les manières d’être. Les travaux en cours de Tania Singer, à l’Institut Max Planck de Leipzig, indiquent que la pratique de la pleine présence ne suffit pas, à elle seule, pour augmenter les comportements pro-sociaux, tandis que la pratique de la bienveillance les augmente de manière spectaculaire.

Le pari d’entreprises pionnières

En intégrant la pratique de la pleine conscience-pleine présence bienveillante dans son ADN, l’entreprise renforce ses chances de créer des liens humains forts et harmonieux. Certaines entreprises comme Sodexho ou la MAIF l’ont bien compris, en dé-ployant des initiatives de grande ampleur intégrant cette dimension et faisant appel à la mindfulness pour cultiver le bien-être, l’harmonie collective et la confiance. Même si ce n’est pas leur motivation première, elles savent d’ailleurs bien que ce sont des facteurs essentiels pour une performance durable.

Cependant, les décideurs qui militent pour l’introduction de ces pratiques dans leur entreprise ont à faire face à de nombreux doutes, obstacles et réserves. Tout d’abord, il faut souvent attendre qu’un des membres du comité exécutif de l’entreprise ou du groupe soit en situation de burn-out, pour que l’entreprise s’intéresse réellement au bien-être de ses salariés ; les problèmes dans les plus bas échelons étant souvent minimisés voire ignorés. Ensuite, beaucoup d’employeurs ne comprennent pas pourquoi ils devraient financer ces pratiques personnelles et restent encore dans un modèle de travail où le temps utile (c’est-à-dire temps où le salarié travaille effectivement à son poste ou sur ses projets) s’oppose au temps inutile (temps libre, de repos ou de pause), ne comprenant pas que dans un modèle économique basé sur le savoir, la compétence intellectuelle, la créativité et l’initiative personnelle, le temps « inutile » féconde le temps « utile ».

Il faut donc prendre le temps de convaincre les décideurs des coûts du stress au travail, des bienfaits de la méditation et surtout de la nécessité d’une réflexion profonde sur les rythmes de travail et les nouveaux modes d’engagement des salariés. Bref, la méditation au travail doit faire partie d’une réflexion globale de l’entreprise sur ces modes de management et sur son aménagement au sens large.

Cette réflexion peut alors engendrer un changement profond de la culture d’entreprise, comme ce fut le cas chez Unibail-Rodamco, entreprise de CAC40, leader mondial des centres commerciaux, dont les valeurs ont longtemps été basées sur l’esprit de conquête et d’agressivité en vue de gagner des parts de marché… Dans cette entreprise, l’introduction de séances de méditation au sein du comité exécutif d’abord, puis d’une large part de l’encadrement ensuite, ont permis de faire progresser l’esprit de coopération et de travail d’équipe, sans que cela ait d’impact sur la performance. « Pour convaincre la direction, il a fallu que j’explique que la pratique de la méditation allait permettre de former de Jedis, ironise Armelle Carminati-Rabasse, Directrice Générale des fonctions centrales ; des moines-chevaliers, à la fois capables de se battre plus efficacement, mais aussi avec une dimension bienveillante et ouverte aux autres. »

Un enjeu également sociétal

« L’enjeu n’est pas seulement individuel et collectif au sein des entreprises, rappelle Matthieu Ricard. Cet entraînement à la bienveillance est aussi la clef pour un engagement altruiste plus marqué des entreprises face aux défis sociaux et environnementaux actuels, notamment la perte de sens, la pauvreté extrême et la crise environnementale. Un engagement qui ne soit pas subi sous la pression du public ou de l’État, mais au contraire nourri par une détermination forte à inventer de nouvelles formes de business et de nouveaux produits et services répondant à ces enjeux. »

Les entreprises ne peuvent plus faire l’économie d’une réflexion profonde sur leur engagement global dans la société et donc des valeurs qu’elles défendent. La pleine présence est un formidable outil pour permettre cette réflexion et la mutation nécessaire qui peut s’en suivre. De plus en plus d’entrepreneurs, de managers, de cadres et d’employés l’ont compris. Espérons qu’il s’agit là d’une véritable vague de fond et pas seulement d’une tendance ou d’une mode. Le monde en a cruellement besoin.

Éric Le Gal

Le samedi 26 à l’auditorium du Heysel, la salle est comble, environ 2000 personnes, des adolescents aux retraités. Le théâtre Saint-Michel est devenu trop petit pour accueillir le nombreux public qui est au rendez-vous chaque année. La journée est consacrée aux conférences des intervenants.

La matinée du dimanche est réservée aux pratiques méditatives guidées par différents intervenants. L’amphithéâtre affiche complet, environ 500 personnes.Un sondage à mains levées montre environ 95% de pratiquants et environ 5% de non-pratiquants. La grande majorité des personnes a assisté à la journée du samedi.

Les intervenants sont des spécialistes au plus haut niveau. Tous ont publié des articles scientifiques ou des ouvrages grand public. Ilios Kotsou, par exemple, est chercheur en psychologie des émotions (Eloge de la lucidité) et il est l’animateur des rencontres. Il est entouré de Matthieu Ricard, Christophe André, Thierry Jansen, Tania Singer, Fabrice Midal, Laurent Bègue, Dominique Bertrand et Jean-Paul Delevoye.

Le samedi 26, chaque intervenant évoque une peur personnelle en introduction à son intervention. Deux d’entre eux évoquent leur appréhension de parler devant deux mille personnes. Les états de peur sont abordés au niveau individuel (nous sauver la vie ou affecter négativement notre santé physique et mentale) et au niveau collectif (nous replier sur nous-mêmes, rejeter les autres, etc.)

Viennent les réponses à la question « le courage et la compassion peuvent-ils être des antidotes à la peur ? ». Chaque intervenant apporte son “éclairage” à la fois de pratiquant et de spécialiste, ce qui rend les interventions profondément humaines et ouvre des perspectives tous azimuts. Jean-Paul Delevoye souligne que nous ne sommes pas dans une période de crise mais dans un changement de paradigme. Les différentes perspectives évoquées par l’homme politique en matière d’éducation, de santé, d’économie, d’environnement, etc. font bien sentir qu’une “révolution silencieuse” (selon l’expression de Pierre Weil) est en route. L’intervention de Jean-Paul Delevoye situe bien les recherches en neurosciences et le développement de la pratique de la méditation au sein d’un monde en pleine transformation.
Durant la matinée du dimanche 27, les pratiques méditatives sont guidées, à raison de 25 minutes par intervenant : Christophe André, Matthieu Ricard, Thierry Jansen et une psychologue pratiquante zen qui remplace probablement Edel Maex, absent.

En Belgique, des membres belges « d’Emergences” guident des sessions de méditation dans une prison de la capitale.

Fabrice Midal considère qu’il faut environ cinq ans de formation avant de disposer d’instructeurs de méditation compétents et capables de bien trasmettre.

L’activité de Matthieu Ricard – il a 70 ans – est impressionnante.Il prend l’avion une soixantaine de fois par an, une fois tous les 6 jours en moyenne). Son association “Karuna Sechen”, qui oeuvre en collaboration avec “Emergences”, a déjà aidé au Népal 210 000 personnes victimes des tremblements de terre et distribué 600 tonnes de riz. Avec son équipe, il prépare la reconstruction de nombreuses écoles qui seront équipées d’une électricité d’origine solaire. Sa compassion en action lui attire beaucoup de sympathie, de monde et de moyens financiers, comme pour “Asia” avec Namkhai Norbu Rinpoché.

Jean-Charles Mahy

La rencontre Humanisme & Mindfulness, une éducation pour le XXIe siècle parrainée par Edgar Morin, Pierre Rabhi et Denys Rinpoché, les 11, 12 et 13 septembre à l’Institut Pleine Présence, a réuni environ sept cent personnes dont cinquante intervenants, plus de quarante bénévoles, de nombreux partenaires et les membres de l’équipe de l’écosite d’Avalon.

Cette rencontre a été catalyseur de nombreux mouvements présents dans notre environnement. La confluence des courants de pensées et d’initiatives, le partage des expertises et des expériences, la bienveillance, la profondeur de  l’intelligence et la force des engagements, réunis pendant ces trois jours, ouvrent la voie à une vision et à de nombreuses possibilités d’innovations et de coopérations.

La fécondation mutuelle de notre héritage humaniste, des sciences cognitives et contemplatives, de la pleine conscience-pleine présence et des savoir-faire de l’éducation contemporaine, pourraient donner corps à cette vision et inspirer chacun dans ses domaines respectifs, la mise en œuvre de différentes recherches et actions pour en partager les bienfaits dans un réseau d’unité dans la diversité et avec notre société en général.

Dès maintenant, nous proposons de faire un livre collectif du contenu de la rencontre. En attendant, vous pourrez trouver une galerie photo sur le site www.humanisme-mindfulness.net, les vidéos de la plupart des conférences et ateliers seront également sur le site de la rencontre fin octobre et un reportage vidéo est en cours de fabrication.

> Lire l’article de Roland Gérard (cofondateur du réseau Ecole et Nature) rédigé suite à la rencontre.

Le 30 octobre 2015 à Paris

Denys Rinpoché interviendra lors de la 7ème journée d’étude de l’Association FREGAT Comment vivre et travailler ensemble quand on est si différent ? sur le thème  : « L’expérience rassemble, les concepts divisent »

L’Association FREGAT n’a pas attendu 2015 pour s’intéresser aux mouvements qui traversent les groupes, les Organisations et la société, car y sont mis en présence des hommes et des femmes, à la fois animés d‘une semblable aspiration au bonheur, et à la fois différents par leurs objectifs, leurs personnalités, leurs cultures.

Les attentats de mai 2014 à Bruxelles et de janvier 2015 à Paris lui ont donné un nouvel élan.
En cette époque où les préjugés et les amalgames se cristallisent avec le risque de nous dresser les uns conte les autres dans des oppositions stériles, les professionnels ont, au quotidien, une responsabilité importante pour favoriser le « vivre ensemble ».
Ce n’est pas si simple pour autant… et l’on peut se sentir parfois démuni…
Comment aboutir au dialogue, ce qui suppose la réciprocité du discours de l’autre sur soi et de soi sur l’autre et la réciprocité des changements ?
Comment faire face à la douleur et la souffrance de la violence subie ?
Comment et où contribuer aux actions préventives ?
Quelles ressources et leviers, quelles entraves aussi, influencent-elles les processus de coopération et de socialisation ?
Comment considérer les phénomènes qui se dégagent aujourd’hui dans la société et dans les Organisations, et l’articulation complexe de la vie psychique, de la société et de la culture ?

Ce 30 octobre à Paris, 12 intervenants de qualité se réunissent et vous invitent à les rejoindre pour se rassembler sans pour autant se ressembler autour des faits sociaux actuels qui nous concernent tous.
Ils les éclaireront de leurs différentes expertises, de leurs expériences et de leurs réflexions et tenteront d’apporter des pistes pour au moins une cohabitation pacifique.
La réussite de cette journée, conçue pour tous, sera complète par votre participation et votre présence en nombre.